Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

24/05/2008

LE VIRUS BHV EJECTE LE VIRUS H5N1 !

 

 

Ce qui ne se fait plus ou peu dans certains pays :

Identifier une menace oubliée, et pourtant inévitable,  et rendre prioritaire les actions des politiques et des experts en la matière, sinon, on risque de voir un jour une population affolée et souffrante (jusqu'à la mort pour certains).

Alors, ayons le réalisme de regarder la souffrance occasionnée par cette maladie en face : souffrances physiques et sociales, et ayons la sagesse prévoyante de trouver à tout prix des solutions éprouvées, permettant de survivre durant le temps de la pandémie, et cela, par des scénarios de récapitulation réalistes, dans les différents stades de la pandémie.

On ne joue pas une pièce de théâtre sans connaitre le scénario, ainsi que son rôle à remplir, et au minimum avoir réalisé les répétitions nécessaires pour le bon déroulement de la pièce. Certains accumulent les décors et les costumes, en croyant que cela est suffisant, mais ne savent pas les utiliser par manque de planification et de logistique éprouvées par un scénario récapitulatif.

Tout ceci est évident, malheureusement, les responsables politiques accaparés par leurs problèmes de popularité, n'en tiennent pas compte, et n'aident pas les populations à comprendre et à se comporter un jour sereinement dans cette pièce qui ne sera pas une pièce de théâtre, mais un véritable « temps d'épreuve ».


Cette remarque s'adresse aux pays riches, ne préparant pas leur population à ce problème .... ???


Illustrons cette remarque par l’une ou l’autre histoire………


1) "Ah oui, je me souviens de l'histoire d'un brave homme sans histoire, à qui l'on avait plus que conseillé, comme, à tout automobiliste, de porter la ceinture de sécurité, lors de l'utilisation de son véhicule.

Un jour, il oublia de la mettre, et cela n'allait pas plus mal pour lui, que du contraire, car mettre sa ceinture c'était toujours penser à l'accident possible, et cela faisait peur, également, cela faisait perdre du temps de chercher la boucle, et de la mettre correctement.

Il est vrai qu'il conduisait depuis longtemps, et jamais il n'avait connu d'accident. Il se sentait à l'aise dans l'habitacle familier et personnalisé de sa voiture. Tout tournait rond : puissante, rapide, fiable, confortable, plein de gadgets, .... dans celle-ci il se voyait conquérir positivement les étapes de la vie, bondissant dans l'action, par tous les temps, au travail comme en vacance.

Un beau matin d'été, où il se sentait heureux de vivre, sur la route de toujours, notre brave homme n'eut que le temps de voir un obstacle imprévisible et puis ..... plus rien......... !                           
maisons de paille
Ne pas mettre sa ceinture de sécurité, tout en sachant qu'un jour l'accident surviendra  (pandémie de grippe) inévitablement est inconcevable. Et pourtant c'est ce que nous faisons avec insouciance, par notre imprévoyance.

 

 

 

2) Il est vrai que certains pays sont comparables par leur comportements aux 3 petits cochons face  au méchant loup. 

 

 Certains pays étant paresseux et incrédules n'ont construit que des maisons de paille, vite faites mal faites, pour se justifier à court terme, face à une population mal informée du problème.

D'autres pays, convaincus de la menace du méchant loup ont construit leurs maisons en bois, mais ils ont sous-estimé les conséquences de l'agression, par manque de préparation réaliste.

L'un ou l'autre très rare pays ont récapitulé les scénarios possibles sans crainte de faire peur à la population. Ainsi ils ont vu les faiblesses de certains systèmes, et ont cherché des solutions aux problèmes identifiés. Ils ont construit des maisons en brique.  Et ainsi, assurés par leur travail bien fait, les responsables désignés du problème de "grippe aviaire" ont pu mettre au courant leurs populations, et les préparer à se conduire correctement en montrant le chemin d'accès aux barques de sauvetage.

Et lorsque le jour J arrivera, tout se passera le mieux possible, sans trop de dégâts, chacun sera conscient de ce qu'il devait faire, aussi bien les intervenants que la population. Et le qui fait quoi, comment, pourquoi ne resta pas sans réponses.

Non mais, je rêve pour cette troisième catégorie celle qui construit en dur !

 

 

 

 

Malgré tout, je dis aux responsables : "à bon entendeur salut". De toute façon je continuerai à lutter dans mon travail de conscientisation des intervenants et de la population.

Ma motivation unique, pour les pays riches comme pour les pays pauvres est, que la souffrance est intolérable quand on peut l'atténuer ou l'éviter.

N'oublions pas que ce problème résolu en commun par les différentes nations (riches et pauvres), peut faire grandir l'humanité, et que la force de la conviction permet de transformer un rêve en réalité, tout en appliquant le principe que "dire c'est bien, mais faire c'est mieux".

Alors continuons l'effort, avec une énergie renouvelée et un sentiment d'insatisfaction à  l' égard de ce qui a déjà été fait, car le temps nous est compté, et demain est un autre jour où tout peut arriver......
:    

 

Dr MSFV      drmsfvermeulen@yahoo.fr

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce qui ne se fait plus ou peu dans certains pays :

Identifier une menace oubliée, et pourtant inévitable,  et rendre prioritaire les actions des politiques et des experts en la matière, sinon, on risque de voir un jour une population affolée et souffrante (jusqu'à la mort pour certains).

Alors, ayons le réalisme de regarder la souffrance occasionnée par cette maladie en face : souffrances physiques et sociales, et ayons la sagesse prévoyante de trouver à tout prix des solutions éprouvées, permettant de survivre durant le temps de la pandémie, et cela, par des scénarios de récapitulation réalistes, dans les différents stades de la pandémie.

On ne joue pas une pièce de théâtre sans connaitre le scénario, ainsi que son rôle à remplir, et au minimum avoir réalisé les répétitions nécessaires pour le bon déroulement de la pièce. Certains accumulent les décors et les costumes, en croyant que cela est suffisant, mais ne savent pas les utiliser par manque de planification et de logistique éprouvées par un scénario récapitulatif.

Tout ceci est évident, malheureusement, les responsables politiques accaparés par leurs problèmes de popularité, n'en tiennent pas compte, et n'aident pas les populations à comprendre et à se comporter un jour sereinement dans cette pièce qui ne sera pas une pièce de théâtre, mais un véritable « temps d'épreuve ».

Alors, parlez- en autour de vous afin de mobiliser les responsables, et de passer au mieux cette épreuve.

Cette remarque s'adresse aux pays ne préparant pas leur population à ce problème .... ???


Illustrons cette remarque par l’une ou l’autre histoire………


"Ah oui, je me souviens de l'histoire d'un brave homme sans histoire, à qui l'on avait plus que conseillé, comme, à tout automobiliste, de porter la ceinture de sécurité, lors de l'utilisation de son véhicule.

Un jour, il oublia de la mettre, et cela n'allait pas plus mal pour lui, que du contraire, car mettre sa ceinture c'était toujours penser à l'accident possible, et cela faisait peur, également, cela faisait perdre du temps de chercher la boucle, et de la mettre correctement.

Il est vrai qu'il conduisait depuis longtemps, et jamais il n'avait connu d'accident. Il se sentait à l'aise dans l'habitacle familier et personnalisé de sa voiture. Tout tournait rond : puissante, rapide, fiable, confortable, plein de gadgets, .... dans celle-ci il se voyait conquérir positivement les étapes de la vie, bondissant dans l'action, par tous les temps, au travail comme en vacance.

Un beau matin d'été, où il se sentait heureux de vivre, sur la route de toujours, notre brave homme n'eut que le temps de voir un obstacle imprévisible et puis ..... plus rien......... !   

                     

                         

Ne pas mettre sa ceinture de sécurité, tout en sachant qu'un jour l'accident surviendra  (pandémie de grippe) inévitablement est inconcevable. Et pourtant c'est ce que nous faisons avec insouciance.

Il est vrai que certains pays sont comparables aux "3 petits cochons face au méchant loup".

Certains pays étant paresseux et incrédules n'ont construit que des maisons de paille, vite faites mal faites, pour se justifier à court terme, face à une population mal informée du problème.

D'autres pays, convaincus de la menace du méchant loup ont construit leurs maisons en bois, mais ils ont sous-estimé les conséquences de l'agression, par manque de préparation réaliste.

L'un ou l'autre très rare pays ont récapitulé les scénarios possibles sans crainte de faire peur à la population. Ainsi ils ont vu les faiblesses de certains systèmes, et ont cherché des solutions aux problèmes identifiés. Ils ont construit en briques. Et ainsi, assurés par leur travail bien fait, les responsables désignés du problème de "grippe aviaire" ont pu mettre au courant leurs populations, et les préparer à se conduire correctement en montrant le chemin d'accès aux barques de sauvetage.

Et lorsque le jour J arriva, tout s'est passé le mieux possible, sans trop de dégâts, chacun fut conscient de ce qu'il devait faire, aussi bien les intervenants que la population. Et le qui fait quoi, comment, pourquoi ne resta pas sans réponses.

Non mais, je rêve pour cette troisième catégorie celle qui construit en dur !

Malgré tout, je dis aux responsables : "à bon entendeur salut". De toute façon je continuerai à lutter dans mon travail de conscientisation des intervenants et de la population.

Ma motivation unique, pour les pays riches comme pour les pays pauvres est, que la souffrance est intolérable quand on peut l'atténuer ou l'éviter.

N'oublions pas que ce problème résolu en commun par les différentes nations (riches et pauvres), peut faire grandir l'humanité, et que la force de la conviction permet de transformer un rêve en réalité, tout en appliquant le principe que "dire c'est bien, mais faire c'est mieux".

Alors continuons l'effort, avec une énergie renouvelée et un sentiment d'insatisfaction à     l' égard de ce qui a déjà été fait, car le temps nous est compté, et demain est un autre jour où tout peut arriver.......
Ce qui ne se fait plus ou peu dans certains pays :    Dr MSFV

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce qui ne se fait plus ou peu dans certains pays :

Identifier une menace oubliée, et pourtant inévitable,  et rendre prioritaire les actions des politiques et des experts en la matière, sinon, on risque de voir un jour une population affolée et souffrante (jusqu'à la mort pour certains).

Alors, ayons le réalisme de regarder la souffrance occasionnée par cette maladie en face : souffrances physiques et sociales, et ayons la sagesse prévoyante de trouver à tout prix des solutions éprouvées, permettant de survivre durant le temps de la pandémie, et cela, par des scénarios de récapitulation réalistes, dans les différents stades de la pandémie.

On ne joue pas une pièce de théâtre sans connaitre le scénario, ainsi que son rôle à remplir, et au minimum avoir réalisé les répétitions nécessaires pour le bon déroulement de la pièce. Certains accumulent les décors et les costumes, en croyant que cela est suffisant, mais ne savent pas les utiliser par manque de planification et de logistique éprouvées par un scénario récapitulatif.

Tout ceci est évident, malheureusement, les responsables politiques accaparés par leurs problèmes de popularité, n'en tiennent pas compte, et n'aident pas les populations à comprendre et à se comporter un jour sereinement dans cette pièce qui ne sera pas une pièce de théâtre, mais un véritable « temps d'épreuve ».

Alors, parlez- en autour de vous afin de mobiliser les responsables, et de passer au mieux cette épreuve.

Cette remarque s'adresse aux pays ne préparant pas leur population à ce problème .... ???


Illustrons cette remarque par l’une ou l’autre histoire………


"Ah oui, je me souviens de l'histoire d'un brave homme sans histoire, à qui l'on avait plus que conseillé, comme, à tout automobiliste, de porter la ceinture de sécurité, lors de l'utilisation de son véhicule.

Un jour, il oublia de la mettre, et cela n'allait pas plus mal pour lui, que du contraire, car mettre sa ceinture c'était toujours penser à l'accident possible, et cela faisait peur, également, cela faisait perdre du temps de chercher la boucle, et de la mettre correctement.

Il est vrai qu'il conduisait depuis longtemps, et jamais il n'avait connu d'accident. Il se sentait à l'aise dans l'habitacle familier et personnalisé de sa voiture. Tout tournait rond : puissante, rapide, fiable, confortable, plein de gadgets, .... dans celle-ci il se voyait conquérir positivement les étapes de la vie, bondissant dans l'action, par tous les temps, au travail comme en vacance.

Un beau matin d'été, où il se sentait heureux de vivre, sur la route de toujours, notre brave homme n'eut que le temps de voir un obstacle imprévisible et puis ..... plus rien......... !   

                     

                         

Ne pas mettre sa ceinture de sécurité, tout en sachant qu'un jour l'accident surviendra  (pandémie de grippe) inévitablement est inconcevable. Et pourtant c'est ce que nous faisons avec insouciance.

Il est vrai que certains pays sont comparables aux "3 petits cochons face au méchant loup".

Certains pays étant paresseux et incrédules n'ont construit que des maisons de paille, vite faites mal faites, pour se justifier à court terme, face à une population mal informée du problème.

D'autres pays, convaincus de la menace du méchant loup ont construit leurs maisons en bois, mais ils ont sous-estimé les conséquences de l'agression, par manque de préparation réaliste.

L'un ou l'autre très rare pays ont récapitulé les scénarios possibles sans crainte de faire peur à la population. Ainsi ils ont vu les faiblesses de certains systèmes, et ont cherché des solutions aux problèmes identifiés. Ils ont construit en briques. Et ainsi, assurés par leur travail bien fait, les responsables désignés du problème de "grippe aviaire" ont pu mettre au courant leurs populations, et les préparer à se conduire correctement en montrant le chemin d'accès aux barques de sauvetage.

Et lorsque le jour J arriva, tout s'est passé le mieux possible, sans trop de dégâts, chacun fut conscient de ce qu'il devait faire, aussi bien les intervenants que la population. Et le qui fait quoi, comment, pourquoi ne resta pas sans réponses.

Non mais, je rêve pour cette troisième catégorie celle qui construit en dur !

Malgré tout, je dis aux responsables : "à bon entendeur salut". De toute façon je continuerai à lutter dans mon travail de conscientisation des intervenants et de la population.

Ma motivation unique, pour les pays riches comme pour les pays pauvres est, que la souffrance est intolérable quand on peut l'atténuer ou l'éviter.

N'oublions pas que ce problème résolu en commun par les différentes nations (riches et pauvres), peut faire grandir l'humanité, et que la force de la conviction permet de transformer un rêve en réalité, tout en appliquant le principe que "dire c'est bien, mais faire c'est mieux".

Alors continuons l'effort, avec une énergie renouvelée et un sentiment d'insatisfaction à     l' égard de ce qui a déjà été fait, car le temps nous est compté, et demain est un autre jour où tout peut arriver.......
Ce qui ne se fait plus ou peu dans certains pays :    Dr MSFV

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce qui ne se fait plus ou peu dans certains pays :

Identifier une menace oubliée, et pourtant inévitable,  et rendre prioritaire les actions des politiques et des experts en la matière, sinon, on risque de voir un jour une population affolée et souffrante (jusqu'à la mort pour certains).

Alors, ayons le réalisme de regarder la souffrance occasionnée par cette maladie en face : souffrances physiques et sociales, et ayons la sagesse prévoyante de trouver à tout prix des solutions éprouvées, permettant de survivre durant le temps de la pandémie, et cela, par des scénarios de récapitulation réalistes, dans les différents stades de la pandémie.

On ne joue pas une pièce de théâtre sans connaitre le scénario, ainsi que son rôle à remplir, et au minimum avoir réalisé les répétitions nécessaires pour le bon déroulement de la pièce. Certains accumulent les décors et les costumes, en croyant que cela est suffisant, mais ne savent pas les utiliser par manque de planification et de logistique éprouvées par un scénario récapitulatif.

Tout ceci est évident, malheureusement, les responsables politiques accaparés par leurs problèmes de popularité, n'en tiennent pas compte, et n'aident pas les populations à comprendre et à se comporter un jour sereinement dans cette pièce qui ne sera pas une pièce de théâtre, mais un véritable « temps d'épreuve ».

Alors, parlez- en autour de vous afin de mobiliser les responsables, et de passer au mieux cette épreuve.

Cette remarque s'adresse aux pays ne préparant pas leur population à ce problème .... ???


Illustrons cette remarque par l’une ou l’autre histoire………


"Ah oui, je me souviens de l'histoire d'un brave homme sans histoire, à qui l'on avait plus que conseillé, comme, à tout automobiliste, de porter la ceinture de sécurité, lors de l'utilisation de son véhicule.

Un jour, il oublia de la mettre, et cela n'allait pas plus mal pour lui, que du contraire, car mettre sa ceinture c'était toujours penser à l'accident possible, et cela faisait peur, également, cela faisait perdre du temps de chercher la boucle, et de la mettre correctement.

Il est vrai qu'il conduisait depuis longtemps, et jamais il n'avait connu d'accident. Il se sentait à l'aise dans l'habitacle familier et personnalisé de sa voiture. Tout tournait rond : puissante, rapide, fiable, confortable, plein de gadgets, .... dans celle-ci il se voyait conquérir positivement les étapes de la vie, bondissant dans l'action, par tous les temps, au travail comme en vacance.

Un beau matin d'été, où il se sentait heureux de vivre, sur la route de toujours, notre brave homme n'eut que le temps de voir un obstacle imprévisible et puis ..... plus rien......... !   

                     

                         

Ne pas mettre sa ceinture de sécurité, tout en sachant qu'un jour l'accident surviendra  (pandémie de grippe) inévitablement est inconcevable. Et pourtant c'est ce que nous faisons avec insouciance.

Il est vrai que certains pays sont comparables aux "3 petits cochons face au méchant loup".

Certains pays étant paresseux et incrédules n'ont construit que des maisons de paille, vite faites mal faites, pour se justifier à court terme, face à une population mal informée du problème.

D'autres pays, convaincus de la menace du méchant loup ont construit leurs maisons en bois, mais ils ont sous-estimé les conséquences de l'agression, par manque de préparation réaliste.

L'un ou l'autre très rare pays ont récapitulé les scénarios possibles sans crainte de faire peur à la population. Ainsi ils ont vu les faiblesses de certains systèmes, et ont cherché des solutions aux problèmes identifiés. Ils ont construit en briques. Et ainsi, assurés par leur travail bien fait, les responsables désignés du problème de "grippe aviaire" ont pu mettre au courant leurs populations, et les préparer à se conduire correctement en montrant le chemin d'accès aux barques de sauvetage.

Et lorsque le jour J arriva, tout s'est passé le mieux possible, sans trop de dégâts, chacun fut conscient de ce qu'il devait faire, aussi bien les intervenants que la population. Et le qui fait quoi, comment, pourquoi ne resta pas sans réponses.

Non mais, je rêve pour cette troisième catégorie celle qui construit en dur !

Malgré tout, je dis aux responsables : "à bon entendeur salut". De toute façon je continuerai à lutter dans mon travail de conscientisation des intervenants et de la population.

Ma motivation unique, pour les pays riches comme pour les pays pauvres est, que la souffrance est intolérable quand on peut l'atténuer ou l'éviter.

N'oublions pas que ce problème résolu en commun par les différentes nations (riches et pauvres), peut faire grandir l'humanité, et que la force de la conviction permet de transformer un rêve en réalité, tout en appliquant le principe que "dire c'est bien, mais faire c'est mieux".

Alors continuons l'effort, avec une énergie renouvelée et un sentiment d'insatisfaction à     l' égard de ce qui a déjà été fait, car le temps nous est compté, et demain est un autre jour où tout peut arriver.......
Ce qui ne se fait plus ou peu dans certains pays :    Dr MSFV

 

 

 

 

vv

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.