Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

06/06/2008

Incroyable, mais vrai ! De la rumeur à la réalité de pandémie (1ère partie)

Le 5 Juin 2008

Comme tous les matins, je suis « allé aux nouvelles » concernant la grippe aviaire, et quelle ne fut pas ma stupeur de voir cette nouvelle fatale : « il semblerait qu’une épidémie humaine a débuté  en Indonésie dans un petit village de  l’ile de Java.  La ministre  de la santé, madame Supari, n’a pas encore fait de déclaration, et selon d’autres sources,  il semblerait qu’elle démente cette déclaration.

La nouvelle provient principalement du journal  « StreetTimes .com ». Je ne suis pas très sûr de cette source, car en général, j’essaie de prendre mes références dans des sources plus fiables.

Néanmoins, si cela s’avère vrai, j’imagine qu’une telle nouvelle sera reprise par quantité de média.

J’ai un correspondant à Java  que je viens de contacter et à qui j’ai envoyé un mail. Celui-ci me confirme la rumeur.  Je décide d’attendre et de ne rien dire sur le blog, tant que je ne suis pas sûr de la nouvelle.

Le 6 juin 2008

J’ai mal dormi car j’ai surveillé l’ordinateur en quête de confirmation, et malheureusement les nouvelles sont tombées telles que je le craignais.

Bien que je travaille depuis plus de 5 ans sur le sujet,  je n’aurais  jamais cru que cela arriverait un jour. A  force de traiter le sujet chaque jour, on finit par être « vacciné » contre ce problème.

Je vais surveiller la radio et les TV en Belgique et ailleurs.

Mais quelle catastrophe ! Que vont-ils faire en Belgique ? Ils sont tellement empêtrés  dans leurs problèmes   politiques pour  se positionner en vue des élections de 2009.

J’avoue que j’ai peur comme médecin généraliste, car jusqu’à présent je n’ai pas reçu la moindre formation, si ce n’est qu’un vague petit truc appelé E-Learn  sur le site "influenza.be", mais j’ai déjà oublié le contenu très général et non pratique de la formation.

J’imagine que si la nouvelle passe par la télévision ce soir, je serai assailli  de coups de téléphone de patients affolés me demandant ce qu’il faut faire, question à laquelle je ne pourrai répondre, car je ne connais pas les réponses.  Je n’ai pas été formé pour cela.

Le 7 juin 2008

Bon, c’est comme j’avais prévu : le téléphone  et le GSM n’arrêtent pas de sonner. Alors je signale aux gens le site « Influenza. be » sur le Net, et pour la plupart je donne  le numéro de téléphone officiel de la grippe aviaire.

Je râle car j’ai encore beaucoup de visites à faire ce samedi matin. Finalement je coupe le téléphone et je laisse en message le numéro officiel de « influenza.be ».

Je commence à en avoir marre, car tous les patients visités me posent des questions sur l’épidémie débutante en Indonésie, et les visites trainent.  Chaque fois que je franchis le seuil d’une habitation c’est toujours la même question qui revient : « qu’est- ce que vous en pensez, docteur,  vous qui…… »

Et bien moi j’en ai marre et je n’en pense rien puisque je ne sais pas ce que je dois faire en de telles circonstances. Je n’ai reçu aucune instruction de la santé publique. 

Le 8 juin 2008

C’est dimanche, et j’en ai ras le bol d’entendre sonner mon téléphone toutes les 5 minutes. J’ai laissé un message adéquat. Parfois je décroche « au cas où » il y aurait une urgence, et puis c’est toujours la même chose, les même questions. Bon, je remets  le message sur le téléphone.

Je passe mon temps sur l’ordinateur et je contacte par le Net  des personnes de référence en santé publique aux States, en Angleterre, en France….mais pas en Belgique où ils sont intouchables, car ils ont d’autres choses à faire….

Tous les avis de mes collègues convergent. Nous sommes au début d’une épidémie et bientôt d’une pandémie. L’OMS n’a encore rien déclaré.

Ce qui est idiot, c’est que madame Supari, la ministre indonésienne de la Santé, refuse toute aide internationale, prétextant que son pays possède les moyens pour « éteindre ce feu débutant »  (traduction anglaise).

Le 9 juin 2008

J’en ai marre d’en avoir marre avec tous ces coups de fil pour informer les gens. Normalement le téléphone doit servir pour les visites et les rendez- vous, et autres problèmes de médecine générale, mais pas pour les  renseignements   concernant les solutions à apporter pour la pandémie qui se profile à l’horizon.

Je surveille ma boite aux lettres et mon  E-Mail  pour savoir si l’équipe de gestion grippe aviaire nous donne des directives, ou peut-être un recyclage à suivre, ou une adresse pour se procurer des masques, des gants et des lunettes de protection. Rien, c’est normal et c’est trop tôt et c’est moi qui suis impatient. On ne peut pas tout organiser si vite.

Je me dis que c’est une bonne chose qu’il y ait la coupe de football Euro 2008, cela dédramatise un peu le problème, et cela permet d’éviter la panique chez  les gens.

En déjeunant avec ma femme ce midi, celle-ci me signale qu’il y a des files sans fin de clients au supermarché où elle fait habituellement ses courses.  Je me dis en moi-même que c’est normal cette réaction. Quand il y a une menace quelconque,  les gens se précipitent toujours sur la nourriture. 

J’ai eu beaucoup de visites et de consultations aujourd’hui, et le comble, c’est que les gens ne m’ont pas consulté  pour un problème médical, mais pour avoir des renseignements sur la grippe aviaire.

Je vous avoue que j’en ai marre d’être une agence de renseignements, ce qui ne change rien au problème, puisque je ne connais pas les dispositions prévues en Belgique pour ce problème.

Le 10 juin 2008

L’OMS déclare officiellement la nouvelle. Bon, cela ne change pas mon problème,  puisque je ne sais pas ce que je dois faire lorsque la pandémie aura atteint mon pays. La seule chose que je sais, c’est que je dois aller au casse- pipe, mais avec quelles protections et avec quelles directives concernant un arbre de décision. Là, c’est le mystère complet. On verra bien.

Le premier ministre Leterne   a fait ce soir une déclaration à la population en expliquant que toutes les dispositions étaient prises au niveau des instances dirigeantes politiques et scientifiques, pour que la population belge puisse être prise en charge pour sa santé et son bien- être. Ensuite madame la Ministre fédérale de la santé a également rassurer la population en les conviant à ne pas faire des réserves de vivres et de médicaments, ce qui serait hautement préjudiciable à  la bonne marche du pays.

Le 11 juin 2008

Bon, cette journée ressemble à celle d’ hier, à la différence que les gens se sont un peu calmés dans les supermarchés et pharmacies, et sont plus intéressés par le match de foot de l’Euro 2008. 

Le 12 juin 2008

Je reçois un mail m’invitant à aller me procurer des masques norme  FFP2 , des lunettes et des gants  dans un magasin situé dans le centre ville. Quand j’arrive à l’adresse indiquée, c’est franchement la pagaille. On se serait cru en période de solde, il y a une file dans la rue. Certains confrères exacerbés par l’attente excessive décident d’aller dans d’autres magasins de matériel médical  indiqués sur le site « influenza.be ». Je décide de faire la file et d’attendre gentiment en lisant le livre français sur la grippe aviaire. 

Je râle car j’ai été distrait dans la file en lisant mon bouquin sur la grippe aviaire,  et lorsque je suis arrivé devant le comptoir  du magasin, je me suis fait gentiment rabrouer par les vendeurs me conviant à revenir  le lendemain matin à partir de 8 h. De plus, le vendeur me conseille de venir tôt, afin que ma démarche ne soit pas inutile.  Il m’a aussi précisé que ce n’était pas gratuit, mais que le nombre de pièces par personne  était limité.

Le 13 juin 2008

J’ai finalement quelques masques, une paire de lunettes, et 2 à 3 paires de gants.  J’ai quand- même perdu une partie de ma matinée  dans ce foutu  magasin. Je suis rentré excédé à la maison, j’ai rapidement jeté dans un coin ce maigre matériel, et je suis parti comme un boulet de canon faire toutes mes visites médicales et visites –informations-grippe aviaire. 

Le 14 juin 2008

Ils sont géniaux les « responsables de la grippe aviaire » : ils nous demandent d’acheter du matériel, ils nous font ensuite passer le message que d’autres masques nous seront fournis dans la suite et puis plus rien, soit pas de  directives via leur site officiel. Si cela continue comme cela, ce sera la pagaille complète lorsque la pandémie aura atteint la Belgique. Enfin, soyons patient, on a quand même une bonne ministre de la santé.

 Les chaînes de télévision  RTL et ensuite RTB me téléphonent pour participer à une émission du dimanche à midi « Contreverse –Faire le point »,  comme je l’ai déjà fait il y a deux ans avec les ponces de la grippe aviaire. J’accepte tout, en me disant en moi-même que cela ne sert à rien,  si ce n’est que les intérêts de la télévision.  Il ne sert à rien de dénoncer ce qui ne va pas, alors qu’il n’y a plus grand-chose à faire, puisqu’il faut pas mal de temps pour construire quelque-chose de solide et d'efficace.Au rythme où je vois évoluer  maintenant  les réactions des responsables, je me dis que peu de choses ont été élaborées jusqu’à présent. Allez, bon OK pour la télé. On aura certainement pour directive avant l’émission de ne pas tenir des propos propres à faire paniquer la  population, en bref, de leur faire comprendre que tout est prêt pour faire face au pire des scénarios. En fait, j'ai compris:  dire le moins possible, le mieux possible.....pourque tout le monde soit rassuré .....

À SUIVRE 

 

Le 15 juin 2008

Ouf, je suis content d’avoir terminé les deux émissions de télévision.  Je suis quelque peu fatigué car j’ai fait l’enregistrement de la chaine RTB hier vers 17h. Ensuite, j’ai vu quelques patients, et samedi matin, j’ai encore donné quelques consultations avant l’émission en direct de dimanche midi à la chaine RTL.

Tout s’est bien passé. J’ai eu un certain plaisir à revoir des têtes connues et sympathiques  de certains membres de la santé publique,  de médecins  vétérinaires, de virologues, entre autres l’éminent  Prof. Van Ranst, notre coordinateur interministériel, et j’ai fait la connaissance de notre très sympathique et efficace   Ministre de la santé, Madame Onckelinckx.

Le message passé à la télévision  peut se résumer en une seule phrase : « N’ayez pas peur, nous sommes là, nous sommes prêts à vous aider » et « comportez- vous bien ».

L’après-midi, j’ai travaillé à l’ordinateur pour prendre des nouvelles du monde et de la pandémie débutante. J’ai été fort impressionné par le fait que certains pays comme l’Australie, les Etats-Unis, la Nouvelle Zélande fermaient complètement leurs frontières à toute entrée de population. Ce sont en partie des iles, et je m’attends  à ce que d’autres pays ferment aussi  leurs frontières.  Des bruits courent que certains pays européens pourraient également faire la même chose, mais pas la Belgique.

Le 16 juin 2008

Je reprends  mon travail quotidien. Ma femme constate ce matin que les rayons de denrées  alimentaires  sont quasi vides. C’est  normal, je m’y attendais.

Je n’ai pas encore reçu de directives de la santé publique ou des responsables de  « l’équipe grippe aviaire ». Je me souviens que, dans le temps, j’avais un patient d’origine polonaise ayant décidé, un jour, d’aller travailler en Indonésie. Qu’est- il devenu ? Peut-être, est- il sur le chemin du retour ?  Les patients que je visite me harcèlent de questions sur la « grippe aviaire ». Il y en a  qui me demandent parfois à quelle température ils  doivent cuire leur volaille maintenant. Les pauvres, s’ils savaient ce qui  les attend… .

Je regrette que la pandémie nous ait pris de cours, car normalement le gouvernement avait débloqué les sommes nécessaires pour vacciner toute la population avant la pandémie, et aucune perspective de vaccination ne se pointe à l’horizon dans notre pays. C’est normal, car il faut un délai de fabrication et de livraison. De plus, j’imagine que nous ne sommes pas le premier pays dans la liste des commandes et que les « gros payeurs » seront les premiers servis.  J’imagine que les firmes pharmaceutiques,  ayant investi dans les vaccins en vue de la pandémie,  doivent se frotter les mains avec les évènements se profilant à l’horizon.

Le 17 juin 2008

Bientôt la fin des examens pour les écoliers, et c’est tant mieux, car lorsque la pandémie arrivera chez nous, ils n’auront pas à devoir quitter ou manquer l’école puisqu’ils  seront en vacances.

Le 18 juin 2008

Je m’énerve un peu car l’épidémie débutante sur l’ile de Java s’est déjà répandue par je ne sais  quelle subterfuge à Hong-Kong. Probablement des hommes d’affaires pressés de fuir l’Indonésie, et occupés par  leurs dernières emplettes  dans cette grande ville commerciale.

Dans une émission d’Euro-News,  la chaine de télévision internationale, on vient d’annoncer que la bourse s’emballe car tous les traders revendent leurs actions, et misent dans des valeurs refuges. Le cours de l’or s’est envolé vers des sommets jamais atteinds. En voyant sur le petit écran tous ces hommes excités, en furie, je me dis en moi-même que les valeurs boursières vont s’effondrer, et que la bourse va droit dans le mur. Le Krach boursier n’est pas loin, et si cela se passe, ce sera la panique généralisée dans le monde, avec les fermetures d’entreprises, la révolte des employés et des fonctionnaires, les grèves violentes, la paralysie de beaucoup de services indispensables à la survie d’un monde basée sur l’économie de marché.

Le 19 juin 2008

Les deux télévisions belges précédemment citées me proposent de participer encore à une émission de «  Contreverse-faire le point » le dimanche midi.  Il est  quand-même  vrai que beaucoup  de téléspectateurs se retrouveront devant le petit écran le dimanche midi. L’audimat des deux chaines de télévision va exploser. Je me demande pourquoi les deux chaines de TL ne s’unissent pas pour ne faire qu’une seule émission. C’est quand-même pour informer la population, pas pour vendre des images à sensation. Je me demande à quoi je pourrai bien servir pendant l’émission. Même si  je connais le sujet à fond, je ne vois vraiment pas en quoi je pourrais faire avancer le problème de gestion d’une pandémie par les quelques phrases que je prononcerai devant la caméra. La préparation à la pandémie, ne peut s’élaborer au cours d’une émission de télévision.  Le vrai travail se fait dans les coulisses de l’anonymat, et longtemps à l’avance. Les problèmes socio-économiques se règlent au cours de réunions  interministérielles,  il faut savoir que les problèmes de  santé publique sont longs à traiter et à mettre en place. De plus, ceux-ci doivent être passés préalablement par l’épreuve du scénario de simulation pour être réalistes. Il en va de même pour les problèmes socio-économiques.   

Parfait, on va beaucoup débattre pour tout dire et finalement ne rien conclure. C’est quand même le but de ces émissions. Enfin, il faut ce qu’il faut, et mieux vaut cela que rien du tout. Je suis sûr qu’on va trouver un compromis, en espérant que flamands et wallons s’uniront dans l’adversité. En réalité, je ne suis pas convaincu de l’espoir que je nourris dans mon esprit d’unité nationale.

Bref, on verra bien. Autant savoir. C’est comme cela, donc, c’est comme cela, il n’y a pas à discuter, car on est quand-même dans un pays de démocratie. 

A suivre .... sous peu....!

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.